USER EXPERIENCE IS HUMAN EXPERIENCE

“On ne doit pas penser à ce que le futur va être, mais à ce que l’on veut qu’il soit.

Il n’y a pas qu’un seul futur possible, il est en constante évolution et il ne cesse de changer à chacune de nos actions mais aussi de nos inactions.”

- Monika Bielskyte

C’est ce qu’à dit Monika Bielskyte lors de sa conférence à San Fransisco le 24 août 2018 à l'UX Week :

Elle cite d’ailleurs Alvin Toffler, homme d’affaire et spécialiste des technologies modernes :

“The inability to speak with precision and certainty about the future is no excuse for silence.”

- Alvin Toffler

Dans le monde actuel, et avec la technologie qu'on possède, nous sommes tous interconnectés.

On ne peut plus nier le fait que ce qui arrive aux autres, nous touche d’une façon ou d’une autre.

Si l’évolution de la technologie avançait plus vite que celle de l’humanité, cela conduirait à un futur cauchemardesque car si elle constitue un progrès, elle doit être au service de l’humanité tout entière, notre quotidien ne se conçoit pas sans elle et notre futur en dépend.

Qui est Monika Bielskyte ?

Monika Bielskyte est directrice artistique, stratégiste, creative, expert en l'avenir de l'espace numérique et de la technologie des médias immersifs (XR/AI/UX), chercheuse futuriste, conférencière de renommée internationale et designers.

Depuis 7 ans, elle travaille comme Digital Nomad pour changer les idées préconçues que l’on se fait du futur, de la dystopie à la protopie.

La protopie

La protopie contrairement à l’utopie qui recherche une société parfaite, va vers le progrès. C’est un état d’esprit où aujourd’hui est mieux qu’hier.

Elle aimerait que les gens voient les nouveaux médias et outils technologique comme un moyen d'accroître le potentiel humain - sur les plans créatif, intellectuel, émotionnel et physique.

Elle développe actuellement ALLFUTUREEVERYTHING (AFE), une plateforme de contenu axée sur l'innovation radicale voyage à travers le monde 7 pour créer et parler des écosystèmes technologiques, du divertissement et du design.

Le concept "Ubuntu"

UBUNTU est un terme qui veut dire "humanité", c'était un guide idéologique dans les années 90 au Zimbabwe. Cette idéologie est basée sur le fait que chacun est différent, avec ses forces et ses faiblesses, et c’est grâce à ces différences que l’on se complète et que l’on peut s’entraider.

Mais il est également important que les relations, autant personnelles que professionnelles, soit fondées sur le respect car, sans respect, cela ne mène nulle part.

Les idées qui en ressorte

John Cage, musicien, poète et philosophe, a dit :

“I can’t understand why people are frightened of new ideas.

I’m frightened of old ones.”

- John Cage

Bien sûr, cela ne veut pas dire que toutes les nouvelles idées sont forcément bonnes mais on devrait être plus effrayé de nos anciennes réflexions que l'on a acheminé en nous.

L'innovation n'est pas un gadget, ce n’est pas parce que c'est nouveau que ça doit être bon, il faut que ce soit bon sans tenir compte du fait que c'est nouveau.

Les expériences futures

«Tu dois commencer par un point de vue qui est déjà vieux»

Dans un futur proche, le monde digital sera maillé avec le monde physique. Nous n’aurons bientôt plus besoin d’écran pour nous déplacer de l’un à l’autre, c’est la réalité étendue.

La question est : comment cette réalité étendue pourrait nous aider à développer notre potentiel en tant qu’humain ?

C’est à dire étendre le potentiel humain en faisant référence au développement intellectuel, car tout le monde aimerait être intelligent, et aimerait comprendre ce qu’on ne comprend pas.

On voudrait être plus conscient de notre corps, mieux comprendre comment l'on bouge, se sentir mieux avec notre corps.

Mais surtout, on aimerait savoir comment comprendre nos sentiments. On pourrait aussi accroître nos sens, en expérimentant la vie non seulement à travers les yeux d'autres personnes mais aussi ceux des animaux.

L’innovation peut se définir par l’introduction spontanée d’un nouveau comportement ou d’une nouvelle idée.

L’innovation provient de notre imagination, puis de cela résulte la créativité. Les “Designers” de demain auront un rôle majeur pour l'humanité , car si personne ne perçoit le design, personne ne peut le créer.

Ils ne font pas que créer des dépliants ou encore de l’art, mais ils réfléchissent plutôt à comment le monde/l'humain fonctionne et comment créer ce design.

Maintenant, comment faire pour transformer l’imagination en innovation ? Chacun de nous doit avoir l’ouverture d’esprit nécessaire pour concevoir des réalités différentes. Ne pas se laisser convaincre par ce futur dystopique proposé par les science-fictions.

«The end result of innovation is not technology, the end result of innovation is what technology does to us and to the planet.»

Cela passe par les conversations. Rechercher des personnes complètement différentes, essayer de les comprendre; culturellement; spirituellement; socialement et de prendre compte toutes les générations. Mais ce n’est pas suffisant.

Il faut collaborer activement pour changer les comportements et les idéaux.

Nous sommes destructeur, nous faisons tellement de mal à la planète qu’il n’est plus possible de penser « durabilité ».

Il faut se diriger vers un futur régénératif résultant d’intelligence et de créativité.

Jusqu’ici, on axait la technologie sur l'expérience des utilisateurs, dorénavant il faut penser à l’impact de cette expérience sur notre planète.

La situation actuelle : une surconsommation toxique.

Du fait de notre aveuglement et de notre fermeture d’esprit à un autre mode de fonctionnement, nous n’arrivons plus à penser à une alternative.

“The role of the artist is exactly the same as the lover. If I love you, I have to make you conscious of things you don’t see”

- James Baldwin

Sur L'Instagram de Monika Bielskyte, on peut la voir à la silicon valley, à Tokyo, à Séoul, mais aussi dans la forêt amazonienne, au Sahara avec des touaregs, ou encore en Iran…

Elle raconte qu’elle participe à des rituels et célébrations traditionnelles autour du monde afin de comprendre pourquoi les choses qui leurs importent sont si importantes pour eux.

Plus que tout, elle passe du temps avec les enfants et les plus âgés en leur demandant quels sont leurs rêves. Elle dit alors que pour elle, on ne voyage pas dans un pays mais à travers les histoires des gens, des gens qui ont expérimenté le monde d’une manière complètement différente de nous.

En travaillant avec l’industrie hollywoodienne, Monika se rend compte que peu importe à quel point elle voulait raconter des histoires positives et utopique, ils sont tellement habitués à voir des mondes cyber-dystopique que les spectateurs s’imaginent le futur uniquement comme cela.

Il est important de penser à la manière que l'on perçoit ce design du monde futuriste. Que ce soit dans les médias, les publicités, il faudrait pousser vers la magie, la diversité pour pouvoir ouvrir l’esprit des gens.

Avant, le design était basé sur l’esthétisme. À présent, c’est devenu l’expérience que l’on veut fournir. Il faut que ce soit beau, attirant et intéressant, mais il faut surtout que l’utilisateur se sente comblé.

Un succès comme le film Black Panther est un bon début. Il a fallu beaucoup de temps avant de montrer de la diversité, que les narratives soient plus tournés vers la communauté, travaillant ensemble, plutôt que raconter l’aventure d’un seul héros.

Combien de petite filles noires ont décidé de faire des études de science ou technologie après avoir vu Shuri, c’est un impact énorme ! Aujourd’hui, il va falloir de l’audace de la part des producteurs et investisseurs pour montrer des personnages non conventionnels et inspirants.

Et comme à dit Cornell West, : quand les gens me demande si je suis optimiste ou pessimiste pour le futur, je leur répond:

“I can not call myself an optimist but a prisoner of hope.”

- Cornel West

Cornel West est un philosophe américain, érudit en études afro-américaines et activiste politique.

Son livre influent Race Matters (1993) a déploré ce qu'il considérait comme un appauvrissement spirituel de la classe inférieure afro-américaine et a examiné de manière critique la «crise du leadership noir» aux États-Unis.

Quand Monika travaille avec des compagnies tech, elle essaye de leur faire voir tout les facettes black mirror (un futur dystopique) dont les choses pourrait tourner pour ainsi aller dans la direction opposée.

Le but de voir tout ce qui pourrait mal tourner permet aussi de voir tout ce qui pourrait bien tourner.

C’est une stratégie merveilleuse pour travailler avec les industries du tech.

Je ne pense pas que la stratégie du storytelling business est efficace car c’est le moment d’avoir de nouvelle réalité.

«Je suis ce que je suis grâce à ce que nous sommes tous.»

Il y a définitivement une part de nous qui a disparu, peut être qu’un jour nous savions comment appréhender le monde.

Mais tout n’a pas été perdu et surtout pas partout, Ubuntu est une des choses qui a été perdu dans le monde occidental.

On pense que chacun de nous peut vivre séparément et être célèbre par nous même mais ce n’est pas comme ça que ça marche. Avec l’individualité de chacun, c’est facile d’être coupé de ce que vivent les autres.

"Je suis née dans l’union soviétique donc j’ai vécu les vices sombre du communisme et ce qu’il en a résulté c'est que tout le monde devait être traité de la même manière, et que tous étaient égaux.

Mais ils ne reconnaissaient pas la différence de chacun. Ce dont justement ubuntu parle c’est que nous serions interconnecté et comment nous pourrions former une danse.

Donc j’essaye vraiment d’aller dehors et d’aller dans des lieux non conventionnel et innovatif.

Nous oublions que nous sommes privilégiés, nous sommes capable de faire ce que l’on fait. Les gens designs les outils pour le futur, ils forment les histoires du futur.

À l’époque, quand mon prof de géographie me parlait du japon, je me devais un jour de pouvoir voir le japon mais je pensais que réalistiquement, ce ne serait jamais possible.

Donc aujourd’hui, je suis où je suis et je suis capable d’être sur cette scène, d’avoir tout ces yeux et oreilles ici et sur internet, je n’oublierai jamais le privilège que j’ai d’avoir une voix et d’être entendu.”

“May you choices reflect your hopes, not your fears.”

- Nelson Mandela

Nelson Mandela, est un homme d'État sud-africain ; il a été un pilier de la lutte contre l’apartheid avant de devenir président de la République d'Afrique du Sud de 1994 à 1999.

Icône de la démocratie et de la justice sociale, il reçoit plus de 250 prix, dont le prix Nobel de la paix.

Changer notre vision du futur

Mais combien de choix que nous avons fait, technologique ou non, sont vraiment guidé par nos espoirs et non par nos peurs ?

L’étendue de notre réalité doit donc être définie par nos rêves. Mais quel est le futur que nous pouvons rêver ensemble ?

Et comment pouvons nous interpréter ces rêves communs ?

Ce serait incroyable de voir les gens être concerné et de les faire réagir.

Il faut leur donner de l'inspiration pour qu'ils puissent y réfléchir et si tout le monde pouvait commencer par faire cela, le monde changerait d’autant plus vite.